Comment mettre d'accord trois ratons qui se disputent toujours -

   LES PETITS RATS QUI N'ETAIENT JAMAIS D'ACCORD

 

                                                                                 

 

Il était une fois trois ratons qui, parce qu'ils n'étaient jamais d'accord entre eux, faisaient beaucoup de peine à leur maman. Et celle-ci disait :

- ils sont pourtant bien jolis, mes enfants, avec leur queue fine et leurs petits yeux brillants, mais comme ils sont méchants ! Jamais d'accord entre eux ! ...

Jouons à vise-queue ! dit l'un. Non ! jouons à tourne-bille, dit l'autre. Non, non, jouons à dévide-pelote, dit le troisième. Non ! non !non !

Et voilà la dispute ! ... Quand l'un veut descendre au jardin, l'autre veut monter au grenier; quand l'un veut chanter, l'autre se met à pleurer. Jamais d'accord ! jamais d'accord ! Maintenant, c'est assez! je vais les conduire chez Farfadet !

Farfadet était un gros lapin aux yeux malins et qui toujours souriait en remuant ses moustaches.

Il sourit en voyant arriver les petits rats.

- Ah ! ah ! dit-il, voilà trois petits rats qui ne sont jamais d'accord. Venez ici, mes amis. Toi, dit-il au premier, montre-moi ta queue! Elle est belle, longue, fine, ça va. Toi, dit-il au second, montre-moi ta queue! elle est belle, longue, fine, ça va. Toi, dit-il au troisième, montre-moi ta queue! elle est belle, longue, fine, ça va. Voilà trois belles queues, longues, fines, toutes les trois solides. Eh bien! ce sont elles qui vont vous apprendre à vous mettre d'accord. Comment ? Ah ! Ah ! vous allez voir, les enfants. Regardez! J'empoigne vos trois queues, je les attache ensemble en faisant un gros noeud. Et, maintenant, allez, allez, mes amis. Faites à votre fantaisie.

Farfadet s'en alla.

Les trois petits ratons se regardèrent, regardèrent leur queue.

- Mon Dieu ! qu'allons-nous faire?

- Sauvons nous par la porte cria le premier rat. Non, non, la fenêtre est ouverte, filons par la fenêtre, cria le second rat.   NON ! NON ! NON ! sauvons-nous par ce trou ! ...

Ils tirèrent, tirèrent chacun de leur côté, s'aggripant au plancher, serrant les dents, les yeux hors de la tête. Mais, au bout d'un moment, la queue endolorie, ils durent s'arrêter.

Farfadet arriva; il dit :

- Mes petits amis, je crois que vous devez avoir bon appétit. Voici votre dîner. Un plat de côtelettes que je pose ici, un plat de crème que je pose là, et ce bon lait sucré, je le mets près de la cheminée. Maintenant, je vous donne un quart d'heure pour manger.

Les petits rats firent claquer leur langue. Les trois plats sentaient bon. Vite ! vite ! dirent-ils soudain. Mais, soudain, l'un cria :

- Moi, je veux commencer par la crème !

- Ah ! non, dit le second, je veux les côtelettes ! ...Ah ! non, non, je veux le lait sucré ! ...

Ils tirèrent, tirèrent chacun de leur côté, s'aggripant au plancher, serrant les dents, les yeux hors de la tête.

Et, sans bouger de place, le quart d'heure fut passé !

Farfadet remporta les trois plats.

Alors les petits rats, qui souffraient de leur queue et de leur estomac, se mirent à réfléchir. L'un se gratta le museau, l'autre se gratta l'oreille, l'autre mit sa patte sur son front...Ah ! oui, pourquoi, pourquoi être si méchants?Pourquoi avoir  si  mauvais  caractère ?   Comme nous sommes bêtes ! dirent-ils.

Le lendemain, quand Farfadet revint avec ses trois plats, l'un dit alors doucement :

- Commençons par la crème, voulez-vous mes chers frères ? ...

- Commençons par la crème répétèrent ses frères.

Et tous les trois trottèrent vers le bon plat de crème. Puis, ils burent le lait sucré; puis, ils grignotèrent la viande.

Quand ils eurent bien mangé, les ratons réfléchirent encore.

- Ah ! oui, comme on est heureux, comme tout va bien mieux quand on est bien d'accord dirent-ils.

Ils se mirent d'accord pour sauter, pour courir, pour chanter. Ils se mirent d'accord pour travailler. Au bout de quinze jours, l'habitude était prise.

Farfadet détacha les trois queues et nos trois petits rats retournèrent chez eux.

                                                      M.Lariguet

                                     (Nous, les Petits, n° 35 - février 1938)

Commentaires (3)

1. фотоаппараты зеркальные (site web) 19/02/2013

You could certainly see your enthusiasm in the work you write ON michellehautmont.e-monsite.com . The world hopes for even more passionate writers like you who aren't afraid to say how they believe. Always follow your heart.

2. escort service Paris (site web) 15/12/2012

Bonjour michellehautmont.e-monsite.com. J'ai trouvé votre site Web via Google tout en recherchant une affaire semblable, votre site web arrivé ici en place. Il semble bon. J'ai un signet dans mon google bookmarks de revenir plus tard.

3. lajarretie denise 06/12/2010

merci pour ce conte j'ai appris à lire avec je recherche toujours le fameux livre de lecture

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau