Voici les deux livres d'Hervé Vilard - le premier, je l'ai adoré - je n'ai pas pu le lâcher - le deuxième est en cours de lecture

L'âme seule

d'Hervé Vilard

C'est un magnifique livre que j'ai adoré - je l'ai lu pratiquement d'une traite dans le train en 2006 - du Nord de la France au Sud. Je n'ai pas vu le temps passer.

Matricule 764, Citoyen, Bâtard, l'Ame seule, Petit Frère - tous ces noms ont été ceux d'Hervé Vilard. Tel est le sort d'un enfant livré à L'Assistance Publique. De placement en placement, il traverse trois France : celle des paysans, celle des prêtres et celle des résistants. Sa place, bien sûr, il ne la trouve nulle part. Adolescent en cavale, il s'échappe du Berry pour le Pigalle des années soixante. Il passe des travaux des champs aux vernissages de Klein, des centres de redressement à l'obscurité des Cinéacs, du Dépôt à un appartement pourri de chic, des bras de Fleur de Pâques aux déjeuners avec Malraux ..... Un jour, pourtant, il lui faudra surmonter cette vie d'arrachements. Se battre, chanter, avec la peur d'aimer. Et c'est ainsi qu'Hervé Vilard est grand !

 

Le bal des papillons

d'HERVE VILARD

Quand j'ai appris qu'Hervé avait écrit un second livre continuant le récit de sa vie, je me suis empressée de l'acheter

Avoir dix-neuf ans au bord des plages et au sommet du hit-parade.

Hurler Capri, c'est fini dans la frénésie des sixties

Et, un soir de tournée, à Verdun, pour un scoop de journaliste, retrouver sa mère sous l'objectif des photographes;

Rue Nollet, dans le huis clos d'un meublé, une mère et un fils tentent de sceller leurs retrouvailles. Mais Blanche a du vague à l'âme. Sous l'évier, les bouteilles de vin s'entassent. "Personne n'en saura rien".

L'idole chante, Hervé fuit. Du péloponnèse à Mexico, du palais de la Shabanou à L'Espagne franquiste, Hervé découvre le monde. Un monde envahi de soldats. Tans pis, trop tard. Mai 68 passe. Le succès s'enraye. Sa mère perd la raison. Dégâts, procès, millions. "Personne n'en saura rien".

 

Je vous souhaite de trouver autant de plaisir que moi à lire ces deux beaux livres.